Baouw Organic Nutrition à la télé

La chaîne 8 Mont Blanc a reçu le co-fondateur d’Outdoor Organic Nutrition Gilles Galoux, et son compère Yoann Conte, le chef doublement étoilé de la Maison Bleue à Annecy.

Baouw! c’est la barre de toutes les aventures sportives, mise au point dans les Alpes avec des ingrédients nobles, 100% naturels et 100% bio, par quatre passionnés de sport. C’est une marque lifestyle qui défend les valeurs des sports Outdoor, alliance des savoir-faire du lifestyle outdoor, du marketing agroalimentaire, de la nutrition sportive, et de la grande cuisine.

Baouw! Made in Les Alpes.

logo-baouw

L.T. Sachs est un membre gourmand mais sportif du conseil de Outdoor Organic Nutrition.

Baouw Organic Nutrition

Ca commence toujours par une rencontre. C’est profondément humain.

C’était il y a quelques mois dans les nouveaux locaux de La Belle Assiette, lors de la pendaison de crémaillère. Je connais bien Yves, on s’était rencontré il y a cinq ans à l’AG d’une autre startup, il m’a suivi dans l’aventure La Belle Assiette. Il y a beaucoup de monde, le cocktail bat son plein, il me demande si j’ai deux minutes, on s’assoit. Il me dit : J’ai rencontré un fondateur, le projet est super, c’est de la FoodTech, il y a un chef deux étoiles Michelin dans l’aventure, est-ce que ça peut t’intéresser ? Moi : Tu vas investir ? Lui : Oui. Moi : Alors évidemment ça m’intéresse.

Parenthèse. De mon point de vue l’investissement le plus facile, c’est celui dans lequel votre associé dans un autre projet a décidé d’investir. Au moment de cocher les cases de la check-list d’une due diligence, ça en coche un paquet, la plupart en fait. En gros, il n’en reste plus qu’une : vais-je aimer les fondateurs ? Mais comme lui les aime déjà, la probabilité est grande.

Il me raconte.

La startup est basée à Annecy, près de chez lui. Produits de nutrition bons pour le corps et l’esprit des sportifs outdoor, avec des goûts incomparables. Des produits mis au point par quatre passionnés de sport dont un nutritionniste sportif et un chef étoilé. Des recettes inédites produites dans les Alpes, avec des ingrédients nobles, 100% naturels et 100% bio. Des apports nutritionnels adaptés à chaque profil. Pratiques à emporter et à consommer pendant toutes les activités ou juste pour le plaisir. Une marque lifestyle qui défend les valeurs des sports Outdoor.

Outdoor Organic Nutrition. Baouw!

J’organise un skype avec Rémi, le fondateur. Il veut me faire signer un NDA, je ne veux pas. On aurait pu en rester là, mais on fait le skype quand même, durant lequel il ne me dit rien de confidentiel mais tout d’essentiel. Et j’aime Rémi. Au bout de 45 minutes, ma décision est prise, même s’il ne le sait pas encore. Ce qui m’intéresse le plus ce sont les qualités humaines des fondateurs : éthique, caractères, méthodes de travail, objectifs personnels. Je m’assure que nous serons compatibles et qu’en travaillant ensemble nous pourrons créer de la valeur au delà de mon investissement financier. C’est profondément humain.

Tout le monde se met peu à peu d’accord sur un pacte d’associés. Je vire les fonds avant l’Assemblée Générale Extraordinaire, et prends le train pour Annecy. Yves vient me chercher à la gare. On déjeune à quatre. Je suis reçu comme un ami. L’équipe des co-fondateurs est vraiment bien, sympas, expérimentés, complémentaires. Au dessert, je goûte pour la première fois Baouw, la barre de toutes les aventures sportives ! C’est super bon.

On fait une promenade au bord de l’eau, il fait froid mais il y a des sportifs partout. On se quitte à 16h, et tous les investisseurs se retrouvent à 17h chez le chef et associé Yoann Conte. C’est une maison bleue…

maison_bleue

… Adossée à la colline
On y vient à pied
On ne frappe pas
Ceux qui vivent là ont jeté la clé
On se retrouve ensemble
Après des années de route
Et on vient s’asseoir
Autour du repas
Tout le monde est là
A cinq heures du soir…

Les grands projets de startups, il n’y a pas qu’à San Francisco. 2017, The Year of Startups Everywhere.

Qu’il est beau, ce lac ! Une réserve d’eau incroyable, alimentée par une source sous-lacustre, une des eaux les plus propres du monde, 40 kilomètres de tour, 80 mètres de profondeur. Je n’étais pas venu depuis 20 ans. Coup de foudre.

Je ne vais pas en faire des tonnes sur Yoann. J’ai essayé un de ses plats, une simple carotte dans tous ses états…carotte_dans_tous_ses_etats

et on comprendra que Baouw! sache faire ça…

Alliance des savoir-faire du lifestyle outdoor, du marketing agroalimentaire, de la nutrition sportive, de la grande cuisine, c’est Baouw!

team-baouw

L.T. Sachs est un membre gourmand mais sportif du conseil de Outdoor Organic Nutrition.

logo-baouw

 

 

GoCater by La Belle Assiette

La révolution numérique atteint aujourd’hui le marché du traiteur. Sur ce marché de plus de 18 milliards d’euros en Europe, le processus de réservation était historiquement laborieux : un prestataire pour chaque type de prestation, de nombreux devis, des échanges multiples par téléphone, des arrhes et soldes payés par chèque.

Les entreprises cherchent à gagner du temps. Pour mieux servir notre communauté grandissante de clients et de traiteurs partenaires, La Belle Assiette vient de créer une marque à part: GoCater, plateforme de réservation de services traiteur pour les professionnels.

gocater-logo

Notre outil réduit ainsi considérablement le temps de réservation, centralise les contacts, et propose une curation inédite de l’offre, grâce aux avis laissés par les clients précédents. Plus de 450 entreprises de toutes tailles comme la FNAC, Leetchi, UBS ou Kyriad nous font déjà confiance.

Ainsi, la marque La Belle Assiette se recentre sur son métier premier, la réservation de chefs à domicile pour les particuliers, et GoCater vole maintenant de ses propres ailes pour proposer les meilleurs traiteurs aux entreprises.

lba-gocater

 

L.T. Sachs est un membre gourmand du conseil de La Belle Assiette.

la-belle-assiette-symbol-color-transparent-v2

Une brève histoire de la disruption

Je viens d’achever NEW, 15 approches disruptives de l’innovation (Pearson), le dernier livre de Jean-Marie Dru. Dru est un publicitaire, ancien CEO de TBWA Worldwide, président d’UNICEF France. Il est l’inventeur du concept de la disruption, ce que j’ignorais avant de l’écouter lors d’une récente conférence, et qui m’a donné envie de lire le livre.

DISRUPTION® est en effet une marque appartenant à TBWA depuis 1992, date à laquelle l’entreprise avait fait paraître dans le Wall Street Journal une pleine page exposant la nouvelle approche stratégique du publicitaire: en charge de la communication de marques en difficulté, TBWA était amené à proposer des solutions audacieuses, des stratégie de rupture. C’est ainsi qu’ils ont adopté le terme de disruption.

Pour Dru, “il y a disruption à chaque fois que l’on ne pense pas de façon linéaire, graduelle, incrémentale, à chaque fois que l’on fait des sauts stratégiques”. Pour lui, de nombreuses grandes entreprises ne parviennent pas à générer un rythme suffisant d’innovation, faute de s’ouvrir à des modes de pensée inhabituels, à d’inédites façons de voir le monde.

Ce que j’ai aimé, et qui m’a surpris, dans ce livre lorsqu’il y décrit sa méthode, l’utilisation structurée de “what if (et si) questions” visant à remettre en cause les idées préconçues, enchaînant “les questions les unes après les autres, en espérant que l’une d’elles soit inspirante”, c’est à quel point son caractère paradoxal la rend utilisable par les adeptes (dont je suis) de l’approche systémique.

De cette méthodologie que j’ai envie d’adopter en l’adaptant à mes besoins, je retiens plusieurs questions à poser dès maintenant aux fondateurs de quelques unes de mes participations, ainsi qu’à un ou deux de mes clients. Cerise sur le gâteau, j’en ai déjà tiré pour mon propre business une proposition commerciale innovante.

J’ai le livre depuis huit jours, il est surligné dans tous les sens. Je pense que chaque dirigeant y trouvera des idées applicables pour son entreprise.

new

Sur l’intelligence collective

J’interviendrai le 15 septembre dans le cadre d’une conférence intitulée « Intelligence collective et PNL: un souffle nouveau ». Je ne suis pas un praticien de la programmation neuro-linguistique, mais j’aide les entrepreneurs à créer de la richesse, et c’est dans ce contexte d’une pratique un peu originale que les organisateurs de la conférence m’ont demandé d’intervenir sur un concept de PNL.

J’ai choisi celui de la Quatrième Position.

Il y a près de trente ans, Robert Dilts développait le concept de « Quatrième Position », par laquelle le membre d’un système pouvait se percevoir associé à l’ensemble, en intelligence collective.

Ce Je-Nous, cet alignement profond entre l’ego, l’âme et le système est pour Dilts essentiel « à l’exercice d’un leadership authentique » et «  constitue une capacité-clé du leadership visionnaire »: « Les leaders efficaces », écrivait-il, « sont capables de s’identifier avec l’ensemble du système qu’ils influencent ».

Pour lui, « la Quatrième Position est une composante essentielle de la sagesse et de l’écologie ».

Trente ans plus tard, à l’âge du web, le concept n’a pas pris une ride. Il tient même pour moi une place centrale, tant dans l’approche systémique de ma pratique de coach que dans celle de business angel. De mon point de vue, jamais sans doute le battement d’ailes d’un papillon (dans la Silicon Valley ou ailleurs) n’a-t-il pu si rapidement provoquer une tornade économique sur nos rivages.

Si nous acceptons l’idée de l’importance de cultiver le champ relationnel de cette Quatrième Position, qu’est-ce qui change à l’âge des réseaux et de la connection permanente?

Des entreprises agiles, habilement connectées à leur écosystème, sont capables en quelques années de redessiner l’environnement concurrentiel d’industries dont les positions semblaient pourtant fermement établies. Personne, ni entrepreneur, ni dirigeant, ni salarié, ne peut plus croire être protégé de cette nouvelle révolution industrielle: la connection change la nature d’un objet, les réseaux changent la nature d’un système.

Ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés.

Dans son livre récent Dans la disruption sous-titré Comment ne pas devenir fou?, Bernard Stiegler condamne ces « nouveaux barbares » pour qui « il s’agit d’aller plus vite que les sociétés pour leur imposer des modèles qui détruisent les structures sociales et rendent la puissance publique impuissante ». Pour lui, « le monde court à sa perte, et ce à brève échéance ».

J’entends sa critique écologique, mais ne partage ni son pessimisme ni sa vision des entrepreneurs. Même s’il est probable que quelques uns d’entre eux soient portés par une ambition politique libertarienne d’une destruction créatrice anti-étatique, pour la plupart l’essentiel est ailleurs et plus trivial: les entrepreneurs font ce qu’ils peuvent, et ce qu’ils savent.

Ce qu’il peuvent, c’est profiter d’un accès facilité à un capital abondant, dans un environnement entrepreneurial où l’on peut désormais faire beaucoup avec peu. Ce qu’ils savent, pour les meilleurs d’entre eux, c’est accéder au champ relationnel que leur offre la Quatrième Position.

J’ai souvent raconté ma rencontre au printemps 2011 avec les fondateurs d’Amplitude Studios. Ce qu’était leur vision, cette ambition collective que nous avons réalisée, cette réussite qui se poursuit, sont les meilleurs exemples de mise en oeuvre de ces concepts dont je reparlerai dans mon intervention du 15 septembre, et dans un prochain papier.

 

L.T. Sachs a été investisseur au capital et administrateur d’Amplitude Studios de juin 2011 à juillet 2016, date de la vente de l’entreprise à SEGA.

 

SEGA acquires Amplitude Studios

We have just announced the sale of Amplitude Studios to SEGA.

SEGA Europe’s president/COO Jurgen Post commented:

To have the opportunity to add a studio with the growing reputation of Amplitude’s, to the SEGA family, is an exciting one and reinforces SEGA Europe’s position as a market leader in publishing high quality PC games.

Culturally, Amplitude are a fantastic fit for the business as they not only produce great games, but also have a proven track record in listening to their fans and directly involving them in the ongoing development of their games through their GAMES2GETHER system.

Our co-founder and CEO Mathieu Girard said:

Joining the SEGA family represents the culmination of five years of hard work from myself and Romain and everyone here at Amplitude Studios. For the Endless series to be alongside PC franchises with such heritage as Total War and Dawn of War in the SEGA Europe stable puts our games where we feel they deserve to be. We look forward to leveraging SEGA Europe’s expertise in the PC market to take the Endless series to the next level.

Amplitude Studios co-founder Romain de Waubert added:

Of course you could wonder, “Why Sega?” If you were to ask just Mathieu and I, we could easily answer with the words “Creative Assembly and Relic!” because we are HUGE fans of their games. The opportunity to join them is incredible for us, a real dream come true.

But the bigger reason why we wanted to join SEGA was how they treat their internal studios. Often, studios are controlled by a central department that dictates what games they should do, and how and when. But SEGA is a company that offers its support to the creators, positioning itself as a service provider, helping studios to reach their goals with only one objective in mind: Quality!

Now is the time to look back at the Amplitude story.

What began for me as a ten minutes pitch at Telecom ParisTech in the spring of 2011 has grown into a formidable fifty-four-person video game studio, one of the most interesting European developers.

Mathieu Girard and Romain de Waubert, it has been an honor and a privilege working with you. As we look toward our next endless adventures, I raise my glass to you, dear friends.

AmplitudeBoardXmas2015

Amplitude Studios Board of Directors 2011-2016. Standing: Romain de Waubert, Jeff Spock, Laurent Sachs. Sitting: Mathieu Girard.

Endless Legend

Dungeon_of_the_endless_capsule_main

Endless Space

Amplitude_Studios_logo

L.T. Sachs has been a proud member of Amplitude Studios Board of Directors (2011-2016)

 

 

La Belle Assiette à Viva Technology

Le Salon Viva Technology vient de se tenir à Paris. La Belle Assiette en était.

Partenaire de cet événement rassemblant les acteurs majeurs du tournant digital, le groupe LVMH a animé le Luxury Lab, un espace de 500 m² dédié au secteur du luxe, et hébergé une cinquantaine de start-ups innovantes, dont La Belle Assiette. Sophie Krebs (Directrice Marketing) et moi avons tenu notre stand durant deux jours.

J’avais naïvement pensé avoir tout mon temps pour écumer le salon, découvrir les autres exposants et assister à plusieurs conférences. En fait je n’ai pas eu le temps de beaucoup me déplacer, en dehors de l’intervention du Président du Directoire de Vivendi Arnaud de Puyfontaine sur « The future of the content industry ».

VivaTechArnaud de Puyfontaine

J’ai été agréablement surpris par l’ambiance générale du salon, à la fois très pro, souriante et très ouverte. En dehors même des échanges avec nos hôtes de LVMH et les startups voisines (un coup de coeur pour Dymant), j’ai eu de nombreuses discussions avec les représentants de grandes entreprises qui s’arrêtaient chez nous pour bavarder: Carrefour, RATP, AXA, BNP Paribas, Renault, Unibail-Rodamco…

Google nous a par ailleurs fait l’honneur de nous demander d’intervenir sur le thème « How to scale your business when you are a startup ». C’est ainsi que le fondateur de La Belle Assiette Stephen Leguillon a pu évoquer notre croissance rapide et décrire notre rôle de « Marketplace for the 18 billion euros catering industry », ou comment La Belle Assiette facilite la vie des entreprises pour tous leurs besoins de traiteur.

StephenLeguillonLBAGoogleVivaTech

Voilà donc 48 heures de la vie d’un investisseur engagé, qui en a plein les rotules mais des étoiles dans les yeux.

VivaTechBadgeLBA

A suivre très bientôt, pour de nouvelles (a)ventures.

La-Belle-Assiette-Logo

L.T. Sachs est membre du conseil de La Belle Assiette.