2016, une année très particulière

2016, une année très particulière.

J’aime rythmer le temps de quelques rituels personnels, une pensée sur l’année qui s’achève, une autre sur le plaisir du travail encore à faire. C’est l’heure des réveillons, des retrouvailles familiales, des fêtes entre amis. C’est pour moi l’heure des voeux et d’un bref séjour sur la Baltique, au pays des elfes et des infinies nuances de gris.

J’ai changé de vie il y a six ans, décidé de partir à l'(a)venture, fondé une petite entreprise de capital-risque.

J’ai souvent raconté ma rencontre au printemps 2011 avec les fondateurs d’Amplitude Studios. Ce qu’était leur vision, cette ambition collective que nous avons réalisée, cette réussite qui se poursuit avec un vrai projet industriel. J’ai été pendant cinq ans un fier administrateur d’Amplitude Studios, jusqu’à la vente de l’entreprise à SEGA le 1er juillet 2016.

2016, c’est aussi l’année où le troisième acteur mondial de la restauration collective, le Groupe Elior est entré au capital de La Belle Assiette. J’avais fait la connaissance de Philippe Salle il y a quatre ans. Alors PDG d’Altran avant de devenir celui d’Elior, nous étions tous deux engagés au sein d’une association accompagnant de jeunes entrepreneurs de banlieue.

En 2016, dans le cadre de mon activité de coaching de dirigeants, j’ai été candidat (avec succès) au processus d’Accréditation Individuelle Européenne du European Mentoring & Coaching Council.  J’ai voulu ainsi contribuer à la promotion des meilleures pratiques de nos organisations professionnelles.

2016, c’était la fin de mon mandat de Président délégué d’ESCP Europe Alumni. Pendant trois ans, j’ai travaillé avec deux DG d’ESCP Europe, deux DG d’ESCP Europe Alumni, deux Présidents d’ESCP Europe Alumni – Arnaud de Puyfontaine puis Arnaud Nourry. J’ai contribué à l’alignement de l’Ecole, de la Fondation et de l’Association, rajeuni et féminisé notre Conseil, triplé le nombre de nos délégués internationaux. Membre du Comité Exécutif d’ESCP Europe sous la direction de Frank Bournois, j’ai été heureux de participer à la gestion de notre Ecole et au travail commun d’élaboration d’une vision partagée.

2016 s’achève. C’était pour moi une belle année. J’aime ce que je fais. Dans ce monde dur, je mesure ma chance de pouvoir vivre et travailler avec passion.

Je vous présente tous mes voeux de bonheur, de santé et de prospérité pour 2017.

In order for us to truly create and contribute to the world, we have to be able to connect countless dots, to cross-pollinate ideas from a wealth of disciplines, to combine and recombine these pieces and build new castles. Maria Popova

 

 

 

GoCater by La Belle Assiette

La révolution numérique atteint aujourd’hui le marché du traiteur. Sur ce marché de plus de 18 milliards d’euros en Europe, le processus de réservation était historiquement laborieux : un prestataire pour chaque type de prestation, de nombreux devis, des échanges multiples par téléphone, des arrhes et soldes payés par chèque.

Les entreprises cherchent à gagner du temps. Pour mieux servir notre communauté grandissante de clients et de traiteurs partenaires, La Belle Assiette vient de créer une marque à part: GoCater, plateforme de réservation de services traiteur pour les professionnels.

gocater-logo

Notre outil réduit ainsi considérablement le temps de réservation, centralise les contacts, et propose une curation inédite de l’offre, grâce aux avis laissés par les clients précédents. Plus de 450 entreprises de toutes tailles comme la FNAC, Leetchi, UBS ou Kyriad nous font déjà confiance.

Ainsi, la marque La Belle Assiette se recentre sur son métier premier, la réservation de chefs à domicile pour les particuliers, et GoCater vole maintenant de ses propres ailes pour proposer les meilleurs traiteurs aux entreprises.

lba-gocater

 

L.T. Sachs est un membre gourmand du conseil de La Belle Assiette.

la-belle-assiette-symbol-color-transparent-v2

Une brève histoire de la disruption

Je viens d’achever NEW, 15 approches disruptives de l’innovation (Pearson), le dernier livre de Jean-Marie Dru. Dru est un publicitaire, ancien CEO de TBWA Worldwide, président d’UNICEF France. Il est l’inventeur du concept de la disruption, ce que j’ignorais avant de l’écouter lors d’une récente conférence, et qui m’a donné envie de lire le livre.

DISRUPTION® est en effet une marque appartenant à TBWA depuis 1992, date à laquelle l’entreprise avait fait paraître dans le Wall Street Journal une pleine page exposant la nouvelle approche stratégique du publicitaire: en charge de la communication de marques en difficulté, TBWA était amené à proposer des solutions audacieuses, des stratégie de rupture. C’est ainsi qu’ils ont adopté le terme de disruption.

Pour Dru, “il y a disruption à chaque fois que l’on ne pense pas de façon linéaire, graduelle, incrémentale, à chaque fois que l’on fait des sauts stratégiques”. Pour lui, de nombreuses grandes entreprises ne parviennent pas à générer un rythme suffisant d’innovation, faute de s’ouvrir à des modes de pensée inhabituels, à d’inédites façons de voir le monde.

Ce que j’ai aimé, et qui m’a surpris, dans ce livre lorsqu’il y décrit sa méthode, l’utilisation structurée de “what if (et si) questions” visant à remettre en cause les idées préconçues, enchaînant “les questions les unes après les autres, en espérant que l’une d’elles soit inspirante”, c’est à quel point son caractère paradoxal la rend utilisable par les adeptes (dont je suis) de l’approche systémique.

De cette méthodologie que j’ai envie d’adopter en l’adaptant à mes besoins, je retiens plusieurs questions à poser dès maintenant aux fondateurs de quelques unes de mes participations, ainsi qu’à un ou deux de mes clients. Cerise sur le gâteau, j’en ai déjà tiré pour mon propre business une proposition commerciale innovante.

J’ai le livre depuis huit jours, il est surligné dans tous les sens. Je pense que chaque dirigeant y trouvera des idées applicables pour son entreprise.

new

Repas d’équipe? Cadeau de Noël? La Belle Assiette!

La haute saison des repas d’équipe commence, et notre carnet de commandes se remplit vite. Célébrez donc l’année, in style, avec un Chef à domicile (ou au bureau): La Belle Assiette, pour toutes les occasions où un vrai Chef peut contribuer à la réussite d’un événement.

Et plutôt qu’un objet de plus, pourquoi ne pas surprendre vos proches en offrant comme cadeau de Noël une véritable expérience: un coffret cadeau La Belle Assiette, à consommer plus tard sans modération?

Stephen Leguillon & Giorgio Ricco

L.T. Sachs est un membre festif du conseil de La Belle Assiette.

Elior au capital de La Belle Assiette

La presse a annoncé cette semaine l’entrée d’Elior Group au capital de La Belle Assiette, via l’acquisition d’une participation minoritaire. Nous avons conclu cet accord avec l’acteur mondial de la restauration dans le but d’accélérer notre croissance sur le marché Corporate par notre offre La Belle Assiette for Business, un outil permettant aux entreprises de réserver simplement et rapidement en ligne tous leurs besoins de traiteur.

La révolution numérique atteint aujourd’hui le marché du traiteur. Sur ce marché de plus de 18 milliards d’euros en Europe, le bouche-à-oreille était historiquement le seul véritable canal de confiance, et le processus de réservation laborieux : un prestataire pour chaque type de prestation, échanges multiples par téléphone, arrhes et soldes payés par chèque. Grâce à un réseau de près de 700 traiteurs professionnels indépendants rigoureusement sélectionnés, La Belle Assiette propose donc désormais la réservation en ligne de services traiteur, tant pour les particuliers que les entreprises.

Le fondateur de La Belle Assiette Stephen Leguillon a expliqué son choix : ” Ces liens tissés entre start-ups et grands groupes sont essentiels au dynamisme de l’écosystème. L’accord que nous signons aujourd’hui avec Elior Group est une excellente nouvelle pour notre croissance future, avec l’apport d’une réelle expertise sur le B2B. Nous allons ainsi pouvoir accélérer considérablement notre activité Entreprises, par notre outil La Belle Assiette for Business. Cet outil est un vrai gain de temps pour toute entreprise et changera considérablement les processus du marché du traiteur.”

La Belle Assiette. Le traiteur en ligne, réinventé.

www.labelleassiette.fr

L.T. Sachs est un membre gourmand du conseil de La Belle Assiette.

la-belle-assiette-symbol-color-transparent-v2

 

I am not your guru

J’ai regardé hier le documentaire de Netflix intitulé Tony Robbins: I am not your guru. Je pense que c’est un film intéressant pour les professionnels de l’accompagnement, de la communication, RH, thérapeutes, spécialistes de développement personnel.

Lorsque j’ai vu l’affiche du film, ça m’a fait comme une madeleine de Proust. Nostalgia, it’s delicate, but potent. Mon premier voyage de jeune cadre dynamique et ambitieux à New York en 1991. Une belle chambre d’hôtel 54ème rue, le jet lag à deux heures du matin, et deux longs infomercials à la télé dont je me souviens encore, vingt-cinq ans après : les clubs de golf Orlimar TriMetal (c’est curieux, la mémoire), et Tony Robbins, le roi du développement personnel. Et je me suis dit : c’est ça l’Amérique. Ca n’est pas que ça, mais c’est aussi ça : le désir de puissance, la recherche du bonheur, la croyance que chacun peut décider de réaliser ses rêves, même devant la télé à deux heures du matin.

Je ne suis pas un fan de Tony Robbins, et je n’avais pas pensé à lui depuis vingt-cinq ans. Je n’aurais pas envie d’utiliser ses méthodes (quoique… vendre 2.500 tickets à 5.000 dollars chacun pour un séminaire de six jours à Boca Raton, c’est quand même très fort :o). Je trouve que son charisme prend trop de place, qu’il cultive la position haute, que son alliance manque de parité, que ça ressemble à une grand-messe du coup de marteau. Mais c’est intéressant aussi : le lâcher-prise de l’improvisation dans un cadre extrêmement organisé, l’énergie dans la brièveté.

Je préfère chercher à percevoir la réalité en terme de système, à travailler avec mes clients leur relation et leur communication aux autres plutôt qu’étudier leur vie psychique. Et donc le pragmatisme du comment (ici et maintenant), plutôt que la recherche du pourquoi (les causes premières, avant et ailleurs).

Mais là où je rejoins Tony Robbins, c’est dans sa conviction de l’importance de la croissance. Celle des hommes et de leurs organisations.

Quelques bonnes critiques de ce documentaire :
FortuneThe Economist, le FT, le Guardian

Amplitude Studios: chapeau les artistes!

Si vos amis n’ont jamais entendu parler d’Endless Space 2 (le génial jeu de stratégie 4X qui sortira fin septembre), voici la vidéo qu’il faut leur montrer:

Chapeau les artistes!

PS: on notera le logo de SEGA en intro :o)

L.T. Sachs a été un fier administrateur d’Amplitude Studios jusqu’au 1er juillet 2016. Et reste un administrateur.