2011: A Space Odyssey

2011: A Space Odyssey, by Laurent & Tatiana Sachs

Laurent is an angel investor and executive coach. He is the founder of L.T. Sachs and was a member of the board of directors of Amplitude Studios from 2011 until the sale of the company to SEGA in 2016.

Tatiana is a consultant. She is a co-founder of MAD – Lifestyle, Art & Design.

Views expressed here are their own.

 

It is the story of Amplitude Studios, co-founded in 2011 by Mathieu Girard and Romain de Waubert, a small office in the 12th arrondissement of Paris, a niche genre, a dream of a strategy game, and a new form of co-creation and collective intelligence.

Amplitude_Studios_logo

Amplitude Studios’ goal was to create AAA quality strategy video games at a much lower cost and in record time. Bringing costs down is key for any new business, and Girard and de Waubert found ways to design, develop and distribute their games with limited resources.

Since the early 2000s, digital distribution has become prominent as a method of selling in the video game industry. The new possibilities of digital distribution stimulated independent video game developers, no longer required to rely on conventional boxed sales, allowing them to sell and distribute their games without having to negotiate deals with publishers.

Amplitude Studios was the first indie for which Steam – the world leading internet-based digital distribution, digital rights management, multiplayer, and social networking platform developed by Valve Corporation – agreed to put the alpha version of a game up for sale. In a way, our first game Endless Space served as a beta version of the process which is now known as Early Access. Steam trusting them with the release of an unfinished game was a decisive moment in the young life of the Company.

Endless Space

As decisive was Amplitude’s decision to give access to the design and development process to the members of the community, as well as providing them with a two-way communication channel to express their views through an online forum, thus lowering the fence between the dev team and the community in a process they named Games2Gether, or G2G.

The forum is an art of cross-pollinating ideas while keeping the community interested, a way to optimise human networks, a place to exchange expertise, knowledge and skills. It can act as an ideas hive, an informal place of exchange of knowledge, like an online and unofficial context of interaction around the coffee machine.

Girard and de Waubert couldn’t see the point of starting to communicate with the community only after the official release of the game. The Internet sets the expectation that a game studio, like any other business, should be open to customer input and guidance. Hence, Amplitude Studios’ starting point was that game development had to be done in close cooperation and coordination with the community. The G2G effort was so successful that 13,000 people registered on the forum within two weeks of Endless Space alpha release.

With Endless Space we set out to create a game that was, for a start-up, very big. When you develop a game like that, it is important – and kind of a no-brainer – that you need to have as little fence as possible between the community and the developers. After all, they will play the game for millions of hours more than we will and discover subtleties that we would never have thought of. In order to understand what the community wants and integrate that as early as possible into the dev cycle, we created G2G which is a fundamentally different way of organizing how a community works with a developer. What we wanted was for the community to become an extension of our team.

“G2G: Expanding the Dev Team” – Romain de Waubert, Gamasutra, October 24, 2013

The cofounders knew that a new indie underdog had little chance to make the headlines. With G2G, they managed to draw the attention of like-minded gamers they knew, a few dozens of friends first, then a community of tens of thousands who managed to spread the word.

Over the past decade, the rise of the Internet has enabled the emergence of surprising new forms of collective intelligence. Games2Gether is one those new forms. Participants enjoy themselves, socialize and feel like they are contributing to a greater cause.

Our age of permanent connection provides us with means to strengthen direct relationships between individuals and businesses, and allows content producers to meet their consumers. It enables networking and the creation of communities of customers who will collaborate on the development and enhancement of such content. It facilitates the transition from innovation to market.

This is what co-design is about: strengthening the relationship between the creators and the consumers with a joint cognitive work. The company could benefit from a more accurate view of its customers’ expectations. To involve its customers, the company must open co-creation platforms, forums, centres for sharing and exchanging knowledge.

This is what Amplitude has been doing with Early Access, by revealing their game as soon as possible. The imperfect product served as a hook to create synergy with its users. It was also a way for a young company with limited financial ressources such as Amplitude Studios to outsource part of its marketing department, customers carrying a positive image of the company through word-of-mouth. With G2G, Amplitude has created a platform where members of the tribe can gather. The desire to associate with like-minded people is fundamental to human nature.

Consumers tend to become advocates when their consumption experiences are meaningful. Companies with higher levels of advocacy grow faster than their competitors, while generating greater sales. If advocacy drives growth, what drives advocacy? The answer is designing a meaningful, caring, interaction with the consumer.

There has been much debate among media theorists as to whether video gaming is an inherently social or anti-social activity. However, games with an organised community of fans show high levels of corroboration and collective intelligence. Core gamers who gather together on a collective platform possess a shared language, engage in collective rituals and are often interested in cultural artefacts such as gaming paraphernalia.

Those communities exist as self-defining sub-units within mainstream culture. There seems to be a symbiosis between consumption-oriented subcultures and marketing institutions that cater to their specialized needs. A marketer who has gained a good understanding of its target subculture of consumption can achieve a symbiotic relationship with it.

Social media tools are familiar to most web users and easy to access. Open communication platforms and simple user interfaces make collaboration easy. Amplitude has provided its community with a platform and allowed its members to participate in designing their own consumers’ experience.

When Amplitude Studios was sold to SEGA in 2016, it was just the end of the beginning. With their fourth game Endless Space 2 presently in Early Access on Steam, a collective space odyssey is still being written as we speak.

 

 

logo-lts-bu

Baouw Organic Nutrition à la télé

La chaîne 8 Mont Blanc a reçu le co-fondateur d’Outdoor Organic Nutrition Gilles Galoux, et son compère Yoann Conte, le chef doublement étoilé de la Maison Bleue à Annecy.

Baouw! c’est la barre de toutes les aventures sportives, mise au point dans les Alpes avec des ingrédients nobles, 100% naturels et 100% bio, par quatre passionnés de sport. C’est une marque lifestyle qui défend les valeurs des sports Outdoor, alliance des savoir-faire du lifestyle outdoor, du marketing agroalimentaire, de la nutrition sportive, et de la grande cuisine.

Baouw! Made in Les Alpes.

logo-baouw

L.T. Sachs est un membre gourmand mais sportif du conseil de Outdoor Organic Nutrition.

Baouw Organic Nutrition

Ca commence toujours par une rencontre. C’est profondément humain.

C’était il y a quelques mois dans les nouveaux locaux de La Belle Assiette, lors de la pendaison de crémaillère. Je connais bien Yves, on s’était rencontré il y a cinq ans à l’AG d’une autre startup, il m’a suivi dans l’aventure La Belle Assiette. Il y a beaucoup de monde, le cocktail bat son plein, il me demande si j’ai deux minutes, on s’assoit. Il me dit : J’ai rencontré un fondateur, le projet est super, c’est de la FoodTech, il y a un chef deux étoiles Michelin dans l’aventure, est-ce que ça peut t’intéresser ? Moi : Tu vas investir ? Lui : Oui. Moi : Alors évidemment ça m’intéresse.

Parenthèse. De mon point de vue l’investissement le plus facile, c’est celui dans lequel votre associé dans un autre projet a décidé d’investir. Au moment de cocher les cases de la check-list d’une due diligence, ça en coche un paquet, la plupart en fait. En gros, il n’en reste plus qu’une : vais-je aimer les fondateurs ? Mais comme lui les aime déjà, la probabilité est grande.

Il me raconte.

La startup est basée à Annecy, près de chez lui. Produits de nutrition bons pour le corps et l’esprit des sportifs outdoor, avec des goûts incomparables. Des produits mis au point par quatre passionnés de sport dont un nutritionniste sportif et un chef étoilé. Des recettes inédites produites dans les Alpes, avec des ingrédients nobles, 100% naturels et 100% bio. Des apports nutritionnels adaptés à chaque profil. Pratiques à emporter et à consommer pendant toutes les activités ou juste pour le plaisir. Une marque lifestyle qui défend les valeurs des sports Outdoor.

Outdoor Organic Nutrition. Baouw!

J’organise un skype avec Rémi, le fondateur. Il veut me faire signer un NDA, je ne veux pas. On aurait pu en rester là, mais on fait le skype quand même, durant lequel il ne me dit rien de confidentiel mais tout d’essentiel. Et j’aime Rémi. Au bout de 45 minutes, ma décision est prise, même s’il ne le sait pas encore. Ce qui m’intéresse le plus ce sont les qualités humaines des fondateurs : éthique, caractères, méthodes de travail, objectifs personnels. Je m’assure que nous serons compatibles et qu’en travaillant ensemble nous pourrons créer de la valeur au delà de mon investissement financier. C’est profondément humain.

Tout le monde se met peu à peu d’accord sur un pacte d’associés. Je vire les fonds avant l’Assemblée Générale Extraordinaire, et prends le train pour Annecy. Yves vient me chercher à la gare. On déjeune à quatre. Je suis reçu comme un ami. L’équipe des co-fondateurs est vraiment bien, sympas, expérimentés, complémentaires. Au dessert, je goûte pour la première fois Baouw, la barre de toutes les aventures sportives ! C’est super bon.

On fait une promenade au bord de l’eau, il fait froid mais il y a des sportifs partout. On se quitte à 16h, et tous les investisseurs se retrouvent à 17h chez le chef et associé Yoann Conte. C’est une maison bleue…

maison_bleue

… Adossée à la colline
On y vient à pied
On ne frappe pas
Ceux qui vivent là ont jeté la clé
On se retrouve ensemble
Après des années de route
Et on vient s’asseoir
Autour du repas
Tout le monde est là
A cinq heures du soir…

Les grands projets de startups, il n’y a pas qu’à San Francisco. 2017, The Year of Startups Everywhere.

Qu’il est beau, ce lac ! Une réserve d’eau incroyable, alimentée par une source sous-lacustre, une des eaux les plus propres du monde, 40 kilomètres de tour, 80 mètres de profondeur. Je n’étais pas venu depuis 20 ans. Coup de foudre.

Je ne vais pas en faire des tonnes sur Yoann. J’ai essayé un de ses plats, une simple carotte dans tous ses états…carotte_dans_tous_ses_etats

et on comprendra que Baouw! sache faire ça…

Alliance des savoir-faire du lifestyle outdoor, du marketing agroalimentaire, de la nutrition sportive, de la grande cuisine, c’est Baouw!

team-baouw

L.T. Sachs est un membre gourmand mais sportif du conseil de Outdoor Organic Nutrition.

logo-baouw

 

 

2016, une année très particulière

2016, une année très particulière.

J’aime rythmer le temps de quelques rituels personnels, une pensée sur l’année qui s’achève, une autre sur le plaisir du travail encore à faire. C’est l’heure des réveillons, des retrouvailles familiales, des fêtes entre amis. C’est pour moi l’heure des voeux et d’un bref séjour sur la Baltique, au pays des elfes et des infinies nuances de gris.

J’ai changé de vie il y a six ans, décidé de partir à l'(a)venture, fondé une petite entreprise de capital-risque.

J’ai souvent raconté ma rencontre au printemps 2011 avec les fondateurs d’Amplitude Studios. Ce qu’était leur vision, cette ambition collective que nous avons réalisée, cette réussite qui se poursuit avec un vrai projet industriel. J’ai été pendant cinq ans un fier administrateur d’Amplitude Studios, jusqu’à la vente de l’entreprise à SEGA le 1er juillet 2016.

2016, c’est aussi l’année où le troisième acteur mondial de la restauration collective, le Groupe Elior est entré au capital de La Belle Assiette. J’avais fait la connaissance de Philippe Salle il y a quatre ans. Alors PDG d’Altran avant de devenir celui d’Elior, nous étions tous deux engagés au sein d’une association accompagnant de jeunes entrepreneurs de banlieue.

En 2016, dans le cadre de mon activité de coaching de dirigeants, j’ai été candidat (avec succès) au processus d’Accréditation Individuelle Européenne du European Mentoring & Coaching Council.  J’ai voulu ainsi contribuer à la promotion des meilleures pratiques de nos organisations professionnelles.

2016, c’était la fin de mon mandat de Président délégué d’ESCP Europe Alumni. Pendant trois ans, j’ai travaillé avec deux DG d’ESCP Europe, deux DG d’ESCP Europe Alumni, deux Présidents d’ESCP Europe Alumni – Arnaud de Puyfontaine puis Arnaud Nourry. J’ai contribué à l’alignement de l’Ecole, de la Fondation et de l’Association, rajeuni et féminisé notre Conseil, triplé le nombre de nos délégués internationaux. Membre du Comité Exécutif d’ESCP Europe sous la direction de Frank Bournois, j’ai été heureux de participer à la gestion de notre Ecole et au travail commun d’élaboration d’une vision partagée.

2016 s’achève. C’était pour moi une belle année. J’aime ce que je fais. Dans ce monde dur, je mesure ma chance de pouvoir vivre et travailler avec passion.

Je vous présente tous mes voeux de bonheur, de santé et de prospérité pour 2017.

In order for us to truly create and contribute to the world, we have to be able to connect countless dots, to cross-pollinate ideas from a wealth of disciplines, to combine and recombine these pieces and build new castles. Maria Popova

 

 

 

GoCater by La Belle Assiette

La révolution numérique atteint aujourd’hui le marché du traiteur. Sur ce marché de plus de 18 milliards d’euros en Europe, le processus de réservation était historiquement laborieux : un prestataire pour chaque type de prestation, de nombreux devis, des échanges multiples par téléphone, des arrhes et soldes payés par chèque.

Les entreprises cherchent à gagner du temps. Pour mieux servir notre communauté grandissante de clients et de traiteurs partenaires, La Belle Assiette vient de créer une marque à part: GoCater, plateforme de réservation de services traiteur pour les professionnels.

gocater-logo

Notre outil réduit ainsi considérablement le temps de réservation, centralise les contacts, et propose une curation inédite de l’offre, grâce aux avis laissés par les clients précédents. Plus de 450 entreprises de toutes tailles comme la FNAC, Leetchi, UBS ou Kyriad nous font déjà confiance.

Ainsi, la marque La Belle Assiette se recentre sur son métier premier, la réservation de chefs à domicile pour les particuliers, et GoCater vole maintenant de ses propres ailes pour proposer les meilleurs traiteurs aux entreprises.

lba-gocater

 

L.T. Sachs est un membre gourmand du conseil de La Belle Assiette.

la-belle-assiette-symbol-color-transparent-v2

Une brève histoire de la disruption

Je viens d’achever NEW, 15 approches disruptives de l’innovation (Pearson), le dernier livre de Jean-Marie Dru. Dru est un publicitaire, ancien CEO de TBWA Worldwide, président d’UNICEF France. Il est l’inventeur du concept de la disruption, ce que j’ignorais avant de l’écouter lors d’une récente conférence, et qui m’a donné envie de lire le livre.

DISRUPTION® est en effet une marque appartenant à TBWA depuis 1992, date à laquelle l’entreprise avait fait paraître dans le Wall Street Journal une pleine page exposant la nouvelle approche stratégique du publicitaire: en charge de la communication de marques en difficulté, TBWA était amené à proposer des solutions audacieuses, des stratégie de rupture. C’est ainsi qu’ils ont adopté le terme de disruption.

Pour Dru, “il y a disruption à chaque fois que l’on ne pense pas de façon linéaire, graduelle, incrémentale, à chaque fois que l’on fait des sauts stratégiques”. Pour lui, de nombreuses grandes entreprises ne parviennent pas à générer un rythme suffisant d’innovation, faute de s’ouvrir à des modes de pensée inhabituels, à d’inédites façons de voir le monde.

Ce que j’ai aimé, et qui m’a surpris, dans ce livre lorsqu’il y décrit sa méthode, l’utilisation structurée de “what if (et si) questions” visant à remettre en cause les idées préconçues, enchaînant “les questions les unes après les autres, en espérant que l’une d’elles soit inspirante”, c’est à quel point son caractère paradoxal la rend utilisable par les adeptes (dont je suis) de l’approche systémique.

De cette méthodologie que j’ai envie d’adopter en l’adaptant à mes besoins, je retiens plusieurs questions à poser dès maintenant aux fondateurs de quelques unes de mes participations, ainsi qu’à un ou deux de mes clients. Cerise sur le gâteau, j’en ai déjà tiré pour mon propre business une proposition commerciale innovante.

J’ai le livre depuis huit jours, il est surligné dans tous les sens. Je pense que chaque dirigeant y trouvera des idées applicables pour son entreprise.

new

Repas d’équipe? Cadeau de Noël? La Belle Assiette!

La haute saison des repas d’équipe commence, et notre carnet de commandes se remplit vite. Célébrez donc l’année, in style, avec un Chef à domicile (ou au bureau): La Belle Assiette, pour toutes les occasions où un vrai Chef peut contribuer à la réussite d’un événement.

Et plutôt qu’un objet de plus, pourquoi ne pas surprendre vos proches en offrant comme cadeau de Noël une véritable expérience: un coffret cadeau La Belle Assiette, à consommer plus tard sans modération?

Stephen Leguillon & Giorgio Ricco

L.T. Sachs est un membre festif du conseil de La Belle Assiette.