I, robot.

The last picture I saved to my computer is this week New Yorker cover. Even though the subject is far from positive, I felt joy and awe when I saw it. The New Yorker’s cover ability to understand and meta-communicate with us about the nature of our time, even on grave subjects, so often impresses me. To me, this one is a lesson of awareness and communication, an enlightening homage to human intelligence.

TheNewYorker

Liberté, égalité, startups

A l’invitation d’un groupe d’experts de la programmation neuro-linguistique, j’ai donné une conférence le mois dernier devant un public de coachs et de professionnels des ressources humaines.

Constatant l’apparent paradoxe de notre vieille startup nation, j’ai cherché à comprendre ces entrepreneurs aventuriers, souvent très jeunes, ouverts à des modes de pensée inhabituels, à d’inédites façons de voir le monde.

Pourquoi refusent-ils le statu quo, quels sont leurs objectifs, comment les coacher ? Quel est cet environnement économique et social qui semble vibrer d’une résonance collective prête à accueillir la disruption avec optimisme ?

Comment les coachs et responsables de ressources humaines peuvent-ils prendre en compte ce contexte pour mieux accompagner les victimes éventuelles de cette destruction créatrice ?

Ma conférence a duré environ deux heures. J’en ai retenu ici 36 minutes, divisées en 7 parties. Enregistrement avec les moyens du bord (mon iPhone posé dans un mug sur le sol deux mètres devant moi), mais la qualité est plutôt bonne. Chacun des passages ci-dessous peut mettre quelques secondes à charger.

 

 

Assez joué

Ouverture ce samedi 7 octobre d’Assez joué, la plus grande salle éphémère de gaming au Nord de Paris. Elle se trouve au 2ème étage de la galerie marchande d’Euralille, à 50 mètres des deux gares de Lille. Assez joué propose de vivre sur 1400 m2 le jeu dans toutes ses dimensions, en vrai, en réalité virtuelle, en réseau, en simulation ; seul ou à plusieurs ; avec les classiques du jeu vidéo, avec les best-sellers actuels, avec les nouveautés et les dernières technologies. Un lieu pour tous les âges, tous les publics.

Les visiteurs sont plongés dans les jeux vidéo grâce à des casques de réalité virtuelle dernier cri pour des expériences immersives. J’y étais vendredi soir. Franchement, un bel espace.

Grand Lille TV s’entretient avec le fondateur d’Assez Joué, Pierre Constans :

 

Laurent Sachs est un ludique investisseur d’Assez joué.

 

Simone Veil

Une très grande dame vient de nous quitter.

J’ai toujours admiré Simone Veil. Quelle vie ! Je suis né à la citoyenneté lors de la première élection européenne au suffrage universel direct, qui l’a amenée à la présidence du Parlement Européen en 1979. L’histoire de sa vie, c’est l’histoire de l’Europe déchirée puis réunie, cette union toujours plus étroite que j’appelle de mes voeux.

Pour moi, elle était le visage de la France.

SimoneVeil30juin2017.jpg

 

Les barres made in Les Alpes sont là !

J’avais raconté le début de l'(a)venture Baouw!, dans la cuisine d’une maison bleue adossée à la colline, sur les bords du lac d’Annecy.

maison_bleue

Quatre fanas de sports outdoor, dont un chef doublement étoilé, ont décidé de mettre tout leur savoir-faire dans une petite barre bio made in Les Alpes, pour enfin offrir une solution adaptée aux sportifs avisés et soucieux de leur nutrition.

Et hop, six mois après avoir goûté les premiers échantillons, je ne résiste pas au plaisir du documentaire photo. Les barres sont prêtes, et on peut les commander en ligne ici !

16640581_387761708264549_6549591321818647445_n (3)

17796764_412326115808108_7153212446918349201_n (3)

17796046_412326122474774_4021623812253929416_n

17434773_405405629833490_7581835258392226627_o

Alors c’est simple. Il y a un avant, et un après.

Avant Baouw!

92b0a5ff11a40f1670f252fb1236afbd

Après Baouw!

Le dernier kilomètre

Mon dernier kilomètre au semi-marathon de Paris

Baouw! Organic Nutrition, bientôt chez un détaillant près de chez vous (mais déjà sur notre boutique en ligne).

16996377_394337510940302_8948135612815461274_n

Nous pensons que l’alimentation de chacun a un impact considérable sur son bien-être, sur celui des autres, sur l’environnement et sur l’esprit. La qualité de l’alimentation est vitale pour l’homme et son effet est immédiat. Nous voulons participer au changement des modes de consommation, à une prise de conscience de l’importance de la qualité des nutriments absorbés et des bienfaits ressentis pour le corps et l’esprit. L’alimentation est vecteur de joie, d’émotion, de bonheur, de plaisir, d’énergie et de partage.

L.T. Sachs est un actionnaire sportif et gourmand de Baouw!

Paul-Smith-Sneakers

 

Pour une nouvelle intelligence systémique à l’âge des réseaux

J’étais invité hier à traiter de l’intelligence collective à l’Ecole Militaire par le Club Tournon, sous la forme d’un dîner-dialogue avec le Général d’armée Jean-Régis Véchambre, Inspecteur général des armées-gendarmerie. J’ai été heureux d’inaugurer ainsi avec lui ce cycle de débats. Il y a en France cinq inspecteurs généraux (Terre, Air, Marine, Gendarmerie, Armement) qui remplissent des missions d’inspection et d’étude, sous l’autorité directe du ministre de la Défense.

Cette réunion s’est déroulée sous la règle de Chatham House, qui oblige les participants à la discrétion, tant sur les propos échangés que sur l’identité des participants. La règle autorise par contre de révéler ce qu’on a dit soi-même.

Pour une nouvelle intelligence systémique à l’âge des réseaux

Le smartphone, c’est la nouvelle Bible de Gutenberg, c’est la nouvelle Encyclopédie de Diderot, c’est le nouveau Petit Livre rouge de Mao. Il y a dans le monde 2,5 milliards de smartphones, il y aura bientôt 50 milliards d’objects connectés. Or la connection change la nature d’un objet, et les réseaux changent la nature des systèmes.

Nous sommes en train de vivre une révolution, tout aussi disruptive à mon avis que l’Age des Lumières ou la Révolution industrielle : l’Age des Réseaux et de la connection permanente. Cette révolution s’appuie sur des avancées technologiques rapides en matière de big data, d’intelligence artificielle, de machine learning, de réalité augmentée.

Jamais sans doute les pouvoirs n’ont-ils été tout à la fois si concentrés, et si distribués. Des entreprises agiles, habilement connectées à leur écosystème, sont capables en quelques années de redessiner l’environnement concurrentiel d’industries dont les positions semblaient pourtant fermement établies. Des Etats, groupes ou organisations non gouvernementales peuvent faire de même.

Personne, ni entrepreneur, ni dirigeant, ni salarié, ne peut plus croire être protégé de cette nouvelle révolution industrielle.

Ce nouvel âge est donc marqué par un nouveau rapport au temps et à l’espace. Tout va plus vite, et la géographie en est réinventée. Cette révolution, comme à l’âge des Lumières, est en train de remettre en cause les hiérarchies et les pouvoirs établis.

C’est ainsi qu’une des démocraties les plus avancées d’Europe, le Danemark, vient d’annoncer la nomination d’un ambassadeur auprès des grandes entreprises technologiques telles que Google, Apple et Facebook. Certains diront peut-être que le Danemark est un petit pays dont on peut négliger les décisions. Je pense au contraire que leur regard sur le monde et sur la nature de notre temps est un signal qui nous est utile.

Que faire ? Dans ce nouvel Age des Réseaux, nous devons cultiver un nouvel instinct, à la fois individuel et collectif, par lequel le membre d’un système peut se percevoir associé à l’ensemble, en intelligence collective.

De jeunes entreprises innovantes nous montrent d’excellents exemples de collaborations génératives, de co-design et de co-construction communautaire. Ce Je-Nous, cet alignement profond entre l’ego, l’âme et le système, tient pour moi une place centrale, tant dans l’approche systémique de ma pratique de coach que dans celle d’investisseur en capital. C’est peut-être ainsi qu’il nous faut désormais penser les relations et la complexité.

 

Avec le Général d'armée Jean-Régis Véchambre